Suite à des vents violents, la pergola qui servait de support à un chèvrefeuille n'a pas tenu le coup et s'est effondrée.

Je ne souhaitai pas m'en séparer et je me suis dit qu'elle ferait un très bon tuteur pour les tomates cerises. Ce type de tomate n'a pas besoin d'être taillé donc on peut les laisser courir mais il faut quand même leur mettre un support.

J'ai donc raccourci les pieds, puis j'ai poncé le bois pour retirer le vert qui s'était installé toutes ces années.

pergola 1

pergola 2

J'ai fabriqué une peinture naturelle dite suédoise, à base de pigment, d'huile de lin, de sulfate de fer, de blanc de meudon... et j'ai passé deux couches sur la pergola. Cette peinture a l'avantage d'avoir un joli couvrant mat que j'apprécie beaucoup et une bonne tenue dans le temps. De plus, pas besoin de tout poncer pour redonner une couche d'entretien.

pergola 3

Il suffit ensuite d'entrelacer le pied de tomates dans les "traverses" au fur et à mesure qu'il pousse. Cela vous laisse également la place pour réaliser d'autres plantations au sol, en général j'y fais pousser des salades.

pergola 4

La photo a été prise à la fin de la saison, c'est pour cela que vous voyez des cartons au sol et non des plantes.

Je ne laisse pas mon sol nu l'hiver, j'étale des cartons et je rajoute ensuite les dernières tontes, les pieds de courgettes arrachés, la paille souillée du poulailler...ainsi au printemps, les petites bêtes ayant très bien travaillées, j'ai une terre aérée, riche et prête à être replantée.

Les bidons qui ne sont pas très joli, servent eux à arroser mes plantes au pied, sans gâcher l'eau et sans mouiller le feuillage  donc permettent d'éviter les maladies, donc les traitements... et tout le monde s'en porte mieux!